SOCIÉTÉ D'HISTOIRE ET D'ARCHÉOLOGIE DU PAYS DE VERGY
(SHAPV) - Conférences
  Accueil | Les visites | Conférences | La Quintefeuille | Les liens | Qui sommes-nous ?

     
     
Le site Site de Vergy  
     
   
  Réalisation : L. Delaunay  
     
 

Occupée dès l’Antiquité, la colline de Vergy fut le siège à partir du VIIIème siècle d’une importante forteresse, fief de la famille de Vergy, qui a tenu pendant tout le Moyen Age un rôle très important dans l’histoire de la Bourgogne et du royaume de France, avant de devenir propriété des ducs de Bourgogne en 1199. Située sur le sommet, la forteresse et son donjon étaient entourés d’imposants remparts renforcés par une dizaine de tours. D’après certaines reconstitutions, il faut s’imaginer la cité de Carcassonne transportée sur cette colline de Bourgogne. Cette forteresse, dite inexpugnable, n’a jamais été enlevée au combat. Le roi Louis VII au XIIème siècle considérait Vergy comme la meilleure place forte du royaume de France . C’est d’ailleurs à l’abri de ses murs qu’il proposait au pape Alexandre III de se réfugier pour échapper à Frédéric Barberousse, empereur d’Allemagne, qui menaçait de l’enlever.

 
     
  Maquette de la forteresse de Vergy (réalisée par B. COUDIN)  
   
  Crédit photo J. REY  
 
Dans l’enceinte même du château se dressait l’église collégiale Saint-Denis, avec son cloître et les maisons des chanoines du Chapitre du même nom. On peut d’ailleurs encore voir, côté Est, les vestiges de la tour "Saint-Denis" qui soutenait le chœur de cette collégiale. Le chapitre avait été fondé en 1023 par Humbert, dit Aizelin, de Vergy qui, nommé évêque de Paris et de Saint-Denis, avait rapporté plusieurs reliques de ce saint. L’église collégiale Saint-Denis de Vergy subit le sort de la forteresse au sein de laquelle elle avait été édifiée. A cause du rôle important qu’il tint pendant les guerres de religion, plus particulièrement pendant la Ligue, Henri IV ordonna son démantèlement. Comme de nombreux autres châteaux forts, le château de Vergy fut donc rasé en 1610 et le chapitre Saint-Denis fut transféré à Nuits.
Troisième église située sur le mont de Vergy, l’église Saint-Saturnin date de la seconde moitié du XIème siècle. Elle fut complétée à la fin du XIème siècle par le chevet à trois absides. Au XVème siècle, le chanoine Jehan Émonin, curé de Vergy, fit construire les voûtes qui couvrent la nef et le chœur, ainsi que la chapelle Sainte-Barbe dont il fit sa chapelle funéraire.
 
     
   
 
Dorénavant la maquette du site historique de Vergy, réalisée par Bernard Coudin, est exposée en permanence à la bibliothèque intercommunale du Val de Vergy à L'Étang-Vergy.
 
 

 

 
  Vestiges de la Tour St Denis  
   
  Crédit photo M. LOMPRE  
     
 
A l’extrémité sud de la colline, se tenait l’abbaye de Saint-Vivant contruite au IXème siècle et dont peut encore admirer les ruines datant pour la plupart du XVIIIème siècle. Cette abbaye bénédictine avait été construite à l’emplacement du tombeau de saint Guérin de Vergy, matyr et frère de saint Léger, qui avait été lapidé sur le mont de Vergy en 674. Elle était destinée à recevoir les reliques de saint Vivant, saint poitevin très vénéré, qu’on avait dû soustraire aux invasions normandes. Ces reliques reposent aujourd’hui encore en l’église de Vergy. Le monastère de Saint-Vivant dépendait de l’ordre de Cluny où il avait rang de "grand prieuré". Il fut occupé jusqu’en 1790. Ses moines exploitaient le célèbre cru de la Romanée Saint-Vivant qui tient de là son nom.